Le point sur le marché pétrolier en milieu de semaine :

C’est ainsi une nette reprise des prix du pétrole que l’on a pu observer durant la séance de ce mercredi 08 septembre. Les marchés semblent en effet inquiets à propos des conséquences plus durables que prévu du passage de l’ouragan Ida sur les installations de production et ce, malgré l’absence d’aggravation de la pandémie de coronavirus.

Dans le détail, le baril de pétrole Brent de la Mer du Nord pour livraison en novembre, qui est coté sut la Bourse de Londres, a terminé la séance en hausse de 1.26% soit 91 cents à 72.60 dollars.

De l’autre côté de l’Atlantique, le contrat à terme du baril de WTI pour échéance en octobre a quant à lui gagné 1.38% soit 95 cents à 69.30 dollars.

Selon les analystes qui se sont penchés sur cette reprise haussière des cours du brut, cette hausse est due au fait que la production américaine, qui avait été suspendue par l’ouragan Ida, peine à reprendre aussi vite que les capacités de raffinage. Cela signifie que la demande des raffineries reste forte et insatisfaite.

 

Les causes de cette reprise à la hausse des prix :

Hier, le BSEE ou bureau de la régulation de l’environnement et de la sécurité a en effet indiqué que les installations de forage et d’exploitation encore à l’arrêt dans le Golfe du Mexique représentent plus de 76% de la capacité totale de production de la région.

D’autre part et malgré la reprise de plusieurs raffineries, le site d’Alliance Refinery du groupe Phillips 66 qui se trouve à Belle Chasse soit au sud de la Nouvelle-Orléans, a subi des dommages pendant l’ouragan. Des travaux de stabilisation ont été réalisés mais la raffinerie reste à l’arrêt, dans calendrier de redémarrage connu.

Cependant, les cours ont terminé en stabilisation hier dans l’attente de la publication, aujourd’hui, des réserves de pétrole de l’Agence américaine d’information de l’énergie. Ce rapport sera le premier depuis la fin de l’ouragan qui pourra faite état des variations brutales du niveau des stocks, qu’il s’agisse du pétrole brut ou des produits raffinés tel que l’essence ou le kérosène, de façon à introduire une volatilité sur le marché et à faire bouger les prix.

Mais selon certains autres analystes, le rebond observé hier après deux séances consécutives de baisse, peut aussi être attribué à l’absence de détérioration de la pandémie de Covid. Plusieurs de ces analystes ont estimé durant les dernières heures que la propagation du variant Delta avait atteint un pic aux Etats-Unis ainsi que dans plusieurs autres régions du monde.