L’exploration pétrolière toujours au cœur de la stratégie de Total :

C’est ainsi le PDG du groupe Total, Patrick Poyanné, qui s’est exprimé en fin de semaine dernière à propos des décisions prises par le groupe quant à la poursuite de ses activités dans le secteur pétrolier. Celui-ci a notamment expliqué que l’exploration pétrolière va continuer à l’avenir et ce, même si la demande est amenée à décliner en raison de l’urgence climatique.

Rappelons en effet des objectifs de réduction du réchauffement climatique en dessous de 2 degrés par an, ce qui sous-entend une baisse drastique de l’utilisation des énergies fossiles au profit des énergies renouvelables. Selon les estimations du groupe, un réchauffement de 1.5 degré par an entrainerait un déclin de 1.5 à 2% chaque année pour le pétrole. Le groupe souligne aussi son anticipation d’un déclin de la demande en pétrole d’ici à 2030 avec un scénario qui entre en corrélation avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris sur le climat et qui vise à limiter le réchauffement à 2° au maximum et idéalement à 1.5°.

 

Des activités dans le pétrole à bas coût sont privilégiées :

Comme le précise le groupe dans sa communication, n’oublions pas cependant que le pétrole est une activité particulière qui demande un investissement pour ne pas entrainer de déclin plus important (4 à 5% par an). Ainsi et même si la demande est en baisse, il est nécessaire de maintenir certains investissements au regard du déclin des réserves pétrolières qui est encore plus marqué.

C’est donc un choix stratégique que le groupe a fait en décidant de se concentrer sur du pétrole à bas prix essentiellement. Le patron du groupe Total a ainsi mentionné un seuil de rentabilité inférieur à 20 dollars sur un baril et a également cité les régions de l’Afrique et du Moyen-Orient pour ses investissements, zones dans lequel il est particulièrement bien implanté, tout comme au Brésil et au Suriname.

Le groupe indique aussi ne pas privilégier les explorations en profondeur ou trop éloignées, jugées trop chères en termes de développement pour un pétrole qui ne serait de toute façon jamais produit.

 

Des ambitions réaffirmées dans le secteur des énergies renouvelables :

Bien entendu, le groupe français a une nouvelle fois affirmé ses ambitions dans le domaine des énergies renouvelables avec une année 2021 qui se voudra au moins aussi active que l’année 2020 dans ce domaine. Total a ainsi prévenu que nous devions nous attendre à un renforcement de ses positions dans des pays comme les Etats-Unis et l’Inde et dans le secteur du biogaz et ce, dans les prochains jours.