Le point sur l’évolution du prix du pétrole en ce début de semaine :

Le début de semaine a ainsi vu le baril de Brent enregistrer une nouvelle hausse avec, vers 10h35 ce lundi une cotation à 69.50 dollars à Londres soit une hausse de 0.40% par rapport à son cours de clôture de vendredi dernier.

Plus tôt durant la séance, le baril de Brent a même réussi à franchir à la hausse la barre des 70 dollars, seuil qu’il avait déjà franchi rapidement le lundi précédent et qui n’avait pas été atteint depuis le 8 janvier 2020 soit avant le début de la crise du Covid.

En ce qui concerne le baril de WTI à New-York, celui-ci a atteint le niveau des 65.87 dollars soit une progression de 0.40%.

Selon les analystes spécialistes de ce marché, cette hausse est due en grande partie à une économie chinoise plus solide qui a encouragé l’optimisme des investisseurs sur le marché de l’or noir.

En effet, la Chine a publié hier plusieurs chiffres intéressants dont les données de la production industrielle et des ventes au détail avec des hausses record sur un an durant les deux premiers mois de l’année selon les chiffres publiés lundi par le Bureau National des Statistiques.

 

Reprise nette de la demande en provenance de la Chine

Parmi les chiffres les plus intéressants publiés par la Chine hier, on trouve ainsi notamment la hausse de la production industrielle du pays qui a bondi de 35.1% sur les deux premiers mois de l’année en comparaison avec les deux premiers mois de 2020.

Les ventes de détail, qui sont l’un des indicateurs principaux de la consommation, ont quant à elles augmenté de 33.8%. Ces hausses sont ainsi les plus importantes depuis plusieurs dizaines d’années pour ce pays.

Rappelons également qu’en fin de semaine dernière, l’Organisation Mondiale des Pays Exportateurs de Pétrole avait publié un rapport mensuel en révisant à la hausse les prévisions de rebond de la demande mondial en or noir pour 2021. Elle attend ainsi une hausse de 5.9 millions de barils par jour avec un total de 96.3 millions de barils par jour.

A cela s’ajoutent les campagnes de vaccination qui progressent ainsi que le plan de relance américain et la politique de restriction de l’offre de la part de l’OPEP qui sont autant de facteurs ayant soutenu la hausse des prix de ces derniers jours.